Le Pays de Berg

Maison de Kalsbach Vue sur un étang sur la maison de Rhinschenschmidthausen Maison de Rhinschenschmidthausen Maison Mannesmann de Bliedinghausen Maison de Eulenbruch Vue de la maison de Kalsbach

Le Pays de Berg est une région de mi-montagnes située sur la rive droite du Rhin entre la Ruhr et la Sieg. Il s’agit principalement d’un terroir ardu aux précipitations élevées et à la topographie très ac-cidentée où de nombreux ruisseaux se sont encaissés au fond des pentes. Avant l’arrivée du chemin de fer, les vallées étaient souvent marécageuses, rares les endroits propices à la construction. Les prem-iers villages se formèrent donc sur les hauteurs, là où passaient les routes. L’espace disponible sur ces dos de montagne étant cependant restreint, lorsqu’au Moyen Âge tardif la population s‘accrût, les villag-es ne disposaient plus de la surface nécessaire à leur expansion.

Les nouvelles maisons furent alors construites un peu plus bas, à flanc de colline. En un premier temps, ces nouvelles colonies ne comptaient qu’une seule ferme. Mais bientôt, la poussée démographique aidant, on y bâtit d’autres maisons. Selon le besoin, on érigeait de nouvelles fermes au voisinage de celles existantes. Les constructions n’étaient pas alignées le long d’une rue commune, mais disposées sans ordre précis. Cette agglomération désordonnée de fermes est appelée un hameau. Même s’il re-groupe 20 maisons ou plus, un hameau n’est pas pour autant un village puisqu’il lui manque une église paroissiale. C’est pourquoi les hameaux ne forment pas de commune propre.

Habitat et fermes

Fermes isolées et hameaux caractérisent l’image du Pays de Berg. Les exploitations se composaient des fermes-bloc réunissant logis et étable sous un toit et des granges et bâtiments de stockage. Au Pays de Berg, l’élevage importait davantage que l’agriculture. Les animaux passaient l’hiver à l’étable située en contrebas du niveau d’habitation. Suspendues à des chaînes, les mangeoires pouvaient être déplacées en hauteur selon l‘épaississement de la couche de fumier.

Dans les parties montagneuses, on cultivait essentiellement de l’avoine et du seigle, la culture du blé ne réussissant que dans la plaine fertile du Rhin.

Le Pays de Berg devint tôt une importante région industrielle où la situation économique restait plus stable qu’ailleurs. Les paysans ne pouvant plus subsister de leur activité avaient ainsi l’opportunité de trouver sur place un revenu d‘ouvrier.